Les bienfaits du silicium organique selon les scientifiques

Temps de lecture

13 minutes

Dernière mise à jour

05/08/2019

Difficulté

3/5

Le silicium organique est une molécule utilisée de plus en plus dans des produits thérapeutiques et cosmétiques. On en retrouve dans des compléments alimentaires à boire mais également dans des gels à appliquer sur la peau ou sur les articulations.

Les bienfaits annoncés du silicium organique sont qu’il permet de combattre des maladies articulaires, osseuses et cutanées. Mais également de lutter contre le vieillissement du corps en agissant sur la qualité de la peau, des cheveux et des ongles. Bref, le silicium organique serait extrêmement utile et efficace pour entretenir votre bien-être.

Depuis plus de 40 ans, des scientifiques se sont battus pour démontrer ces bienfaits. Malgré cela, les autorités sanitaires européennes (EFSA) ne les ont toujours pas reconnus. Vous l’aurez compris, le silicium organique fait l’objet d’une controverse importante.

Dans cet article nous allons vous présenter tous les bienfaits qui ont été observés par les scientifiques depuis sa découverte en 1957. Chaque bienfait sera supporté par des sources que nous avons sélectionnées sur base de leur qualité et de leur fiabilité.

Nous aborderons brièvement le point de vue des autorités sanitaires en fin d’article.

Les bienfaits du silicium

Le silicium organique est une molécule qui contient l’élément chimique silicium. C’est le 2ème élément le plus présent dans la croûte terrestre. Il est essentiel à la vie sur Terre. Au fil du temps, de plus en plus d’études scientifiques ont été menées pour éclaircir son importance pour l’être humain.

Un grand nombre de scientifiques s’est mis d’accord sur le rôle potentiel du silicium dans le corps. Il participerait à la fabrication des principaux éléments constitutifs des tissus conjonctifs du corps :

  • Le collagène qui assure leur résistance. [1] [2] [3] [4]
  • L’élastine qui assure la souplesse et leur élasticité. [4] [5] [6]
  • Les glycosaminoglycanes qui permettent leur cohésion ainsi que l’hydratation.  [7] [8] [9] [10]
Les tissus conjonctifs dans le corps humain
Ce graphique résume tous les tissus conjonctifs présents dans le corps humain. Le collagène, l’élastine et les glycosaminoglycanes composent chaque tissu dans des proportions différentes. La zone du bras est utilisée comme exemple.

Par tissus conjonctifs, on entend tout ce qui lie ou soutient différents types de tissus (tissus musculaires, tissus nerveux, …) et organes. On retrouve donc les os, tendons, cartilages, vaisseaux sanguins (artères) et la peau. Le sang est aussi considéré comme un tissu conjonctif.

L’action étudiée du silicium sur le collagène, l’élastine et les glycosaminoglycanes expliquerait plusieurs de ses bienfaits en lien direct avec la qualité de nos tissus conjonctifs.

En plus de cela, le silicium aurait également plusieurs effets bénéfiques sur les fonctions de l’organisme. Comme par exemple au niveau du cerveau et du système immunitaire.

Les zones et fonctions du corps humain sur lesquelles le silicium a des effets bénéfiques
Cette illustration représente les zones et fonctions du corps sur lesquelles le silicium aurait des effets bénéfiques selon les scientifiques.
Santé des os

Améliore la santé des os

Augmente le rythme de minéralisation des os

Les os sont constitués de 2 types de sels minéraux principaux, le calcium et les phosphates. La fixation du calcium sur les os est ce qui permet d’assurer leur solidité. C’est donc un processus nécessaire. Il est d’ailleurs stimulé en cas de fracture pour accélérer la réparation.

Dans les années 70, plusieurs études sur des animaux ont démontré que la prise de silicium est associée à une minéralisation des os plus rapide. Aussi, plus un os est mature du point de vue de la minéralisation, plus sa quantité de silicium diminue. Ce qui peut indiquer que cet oligo-élément est utilisé pour fixer les minéraux. [1] [2] [9]

Des études plus récentes ont observé qu’une prise de silicium est associée à une augmentation de la densité minérale osseuse chez les hommes et les femmes pré-ménopausées. [1] [11] [12] Cette relation a aussi été observée chez les femmes ménopausées sous traitement hormonal substitutif. [13]

Favorise la formation et la croissance osseuse

Des études sur des jeunes rats et poulets ont prouvé qu’un manque de silicium provoque des déformations du squelette. Leurs pattes étaient plus courtes et leur crâne plus petit. Leurs os étaient aussi moins résistants et donc plus à risque de fractures. [9] [14] [15]

L’analyse aux rayons X montrait une structure osseuse bien moins complexe que celle d’os sains. Ce qui indiquait que leurs os étaient à un stade moins évolué dans leur formation. [16]

Une autre étude a démontré que ces déformations arrivaient même quand les animaux recevaient de la vitamine D. [2] Pourtant cette vitamine est très importante dans la formation, la croissance et le maintien des os.

Dans tous les cas, les os des animaux en manque de silicium contenaient moins de collagène que dans des os sains. [9] Or c’est lui qui donne aux tissus leur résistance.

Aucune étude similaire n’a été menée sur des humains. Mais d’autres recherches plus récentes ont confirmé cet impact négatif d’un manque de silicium chez les animaux.

Le silicium jouerait donc un rôle majeur dans la formation et la croissance des os. Aujourd’hui, les scientifiques semblent d’accords là-dessus. [1]

Santé des articulations

Entretient les articulations et accélère leur régénération

Toutes les articulations sont composées de cartilages. Ils recouvrent la surface de frottement des os pour faciliter le mouvement et amortir les chocs.

Lorsque les cartilages sont en mauvaise santé, ils peuvent s’abîmer ou subir des inflammations. Le mouvement devient alors très douloureux. C’est ce qui arrive en cas d’arthrose ou d’arthrite.

Des études sur des jeunes poulets (encore une fois) ont démontré qu’un manque de silicium provoque une diminution de leur quantité de cartilages. Mais aussi, qu’ils contenaient moins de glycosaminoglycanes. C’est-à-dire que leur structure était moins développée. [7] [8]

Par la suite, d’autres études en culture cellulaire ont prouvé que le silicium participe à la formation de la structure du cartilage. Et qu’il permet aussi d’accélérer sa formation. [9]

Le silicium permettrait donc d’entretenir la qualité des cartilages et accélérer leur régénération.

Santé de la peau

Améliore la santé et la qualité de la peau

Comme tous les tissus conjonctifs, la peau est constituée de collagène, élastine et de glycosaminoglycanes dont l’acide hyaluronique.

Avec l’âge et les agressions externes comme la pollution et les rayons ultraviolets, la quantité de ces 3 constituants diminue. La peau s’amincit, perd son élasticité et devient plus sèche. Par conséquent, sa résistance aux agressions externes diminue et les rides commencent à apparaître. [17]

Rappelez-vous, de nombreuses études scientifiques ont démontré que le silicium favorise la production du collagène, de l’élastine et des glycosaminoglycanes. [1] [2] [3] [4] [5] [6] [7] [8] [9] [10]

En 2005, une étude a été menée sur 50 femmes dont la peau était endommagée par les rayons du soleil. Suite à la prise de silicium pendant 20 semaines, des effets positifs importants ont été observés sur la qualité de leur peau. Elle était notamment devenue plus lisse et avait retrouvé de son élasticité. [18]

Une autre étude de 2018 a démontré que cet oligo-élément permettait de réduire les rides du visage ainsi que les dégâts causés par les rayons ultraviolets. [19]

Ainsi, le silicium permettrait d’améliorer la résistance, l’élasticité et l’hydratation de la peau. Et participerait aussi à sa régénération.

Cicatrisation

Accélère la cicatrisation

La cicatrisation est un processus complexe. Le système immunitaire y joue un rôle très important. Il permet de protéger le corps contre les agressions extérieures et ainsi éviter les infections.

Pour bien cicatriser, le corps a aussi besoin de beaucoup de collagène pour reconstruire les tissus endommagés.

Une étude réalisée sur des animaux a montré qu’un manque de silicium augmente le temps de cicatrisation. Le collagène était produit trop lentement et en trop faible quantité au niveau des blessures. [19]

En plus de cela, les scientifiques ont aussi observé que l’activité immunitaire était plus faible que chez des animaux sans manque en silicium. Cette observation avait déjà été faite par une autre étude quelques années plus tôt. [20]

Le silicium permettrait donc d’accélérer le rythme de cicatrisation et d’améliorer sa qualité.

Santé des ongles

Renforce les ongles

Les ongles ne sont pas des tissus conjonctifs, ils sont ce qu’on appelle des « phanères ». Ils ont plusieurs rôles dont la protection contre les attaques extérieures et l’amélioration de la sensibilité des doigts.

Ils sont principalement composés de kératine et de minéraux dont du silicium. [17] [21]

Ainsi, la qualité des ongles serait influencée par sa présence. Des scientifiques ont d’ailleurs affirmé que des ongles mous ou cassants pourraient indiquer un manque de silicium chez une personne. [17]

En 2005, une étude sur des femmes âgées entre 40 et 65 ans a démontré que la prise de silicium a permis de renforcer leurs ongles. Cette étude affirme aussi que le silicium permet d’améliorer la structure de la kératine. Ce qui aurait un effet positif direct sur la qualité des ongles. [18]

D’autres travaux soutiennent également que le silicium aurait des interactions avec la kératine. Notamment car il a été prouvé que le silicium interagit avec les acides aminés et les peptides.[23] Ces derniers sont les fondations des protéines telles que la kératine.

Santé des cheveux

Améliore la qualité des cheveux et prévient leur perte

Comme les ongles, les cheveux sont des phanères. Ils sont donc principalement constitués de kératine.

Puisque le silicium est supposé avoir un effet positif sur la structure de la kératine. Il permettrait de favoriser la pousse et la qualité des cheveux. [17] [18]

De plus, plusieurs études sur des femmes ont prouvé que la prise de silicium permet d’entretenir la résistance des cheveux, les rendre plus épais et plus brillants.  [4] [18] [22]

Le silicium permettrait donc de prévenir la perte des cheveux et leur redonner de la vitalité.

Santé cardiovasculaire

Améliore la santé cardiovasculaire

Dans le corps humain, la plus grande concentration de silicium se trouve dans l’aorte. Il permettrait d’y stabiliser le collagène et de renforcer la vascularisation. [24]

Les vaisseaux sanguins sont des tissus conjonctifs qui ont besoin d’une grande souplesse et élasticité. Sans cela, la circulation sanguine est difficile et les parois deviennent fragiles. Ce qui peut causer des problèmes très graves comme par exemple les ruptures d’anévrisme, les AVC, etc.

Il a été prouvé que le silicium participe à la production d’élastine. [4] [5] [6] Pour rappel, c’est la protéine responsable de l’élasticité des tissus conjonctifs et donc des vaisseaux sanguins.

En plus de cela, des études ont démontré que lorsque les artères s’abîment et perdent en élasticité, le taux de silicium diminue. Ce qui indique que le manque de silicium pourrait provoquer la fragilisation des parois des vaisseaux sanguins. [24] [25]

Une étude réalisée sur des animaux dont les artères étaient en mauvaise santé a montré que l’apport de silicium élimine les lésions. [26] De plus, une autre étude démontra que le silicium permet de diminuer l’hypertension. A savoir qu’une pression artérielle trop élevée peut favoriser l’apparition de problèmes cardiovasculaires tels que l’athérosclérose. [27]

Enfin, il a aussi été observé que plus l’aorte contient des glycosaminoglycanes, plus la gravité de l’athérosclérose diminue. Or, le silicium serait impliqué dans la production des glycosaminoglycanes. [28]

Sur base de toutes ces preuves, nous pouvons conclure que le silicium favoriserait la santé cardiovasculaire.

Santé mentale

Préserve la santé mentale

L’aluminium est connu pour être un métal toxique pour le corps humain. Il serait impliqué dans le développement de maladies neurodégénératives comme la maladie d’Alzheimer et de Parkinson.

Contrairement à d’autres métaux comme le fer et le cuivre, l’aluminium n’est pas un nutriment pour le corps. Quand il parvient à rentrer dans le sang via la digestion, il peut atteindre le cerveau. C’est là qu’il cause le plus de dégâts. En fait, il a été prouvé que l’aluminium favorise le stress oxydatif. C’est-à-dire qu’il libère ce qu’on appelle des radicaux libres qui attaquent les neurones et peuvent les détruire.

Plus il y a d’aluminium dans le cerveau, plus les neurones sont agressés. Ainsi, le cerveau perd peu à peu ses fonctions normales. [24]

Plusieurs études sur des patients atteints d’Alzheimer ont démontré que la prise régulière de silicium permet de limiter la quantité d’aluminium absorbée. Ceci parce qu’ils ont tendance à se lier fortement entre eux dans la nature. Quand ils sont en contact, ils se regroupent pour former une plus grosse molécule qui ne sait pas passer dans le sang. Ce qui par conséquent limite la quantité qui s’accumule dans le cerveau. [29] [30] [31] [32]

Parmi ces études, une a été menée pendant 15 ans sur 1.925 personnes âgées. Le but était d’analyser l’association entre les maladies neurodégénératives et l’exposition à l’aluminium et au silicium via l’eau bue. Ils en conclurent que ceux qui avaient été le plus exposé à l’aluminium avaient le plus perdu en capacités cognitives. La prise de silicium permettant de réduire les risques de démence.[33]

En 2005, une autre étude similaire a été menée en France sur 1462 femmes de 75 ans et plus pendant environ 7 ans. Sa conclusion est que boire de l’eau riche en silicium pourrait réduire les risques de développer Alzheimer chez les femmes âgées. [34]

De plus, d’autres études affirment que la prise de silicium permet d’augmenter la quantité d’aluminium éliminée par l’urine. [35] Ce qui aurait permis d’augmenter les capacités cognitives de certains participants d’une de ces études. Ceci en buvant 1L par jour d’eau minérale riche en silicium pendant 12 semaines. [36]

Enfin, bonne nouvelle, boire de la bière permettrait de réduire l’oxydation cérébrale causée par l’aluminium ! [37] En effet, la bière est une source importante de silicium absorbable. Mais pour être sûr de préserver votre santé, préférez la bière sans alcool. C’est d’ailleurs le type de bière le plus riche en silicium.

Anti-oxydant

Anti-oxydant

Une étude réalisée en culture cellulaire a prouvé que le silicium organique permettrait de protéger les cellules contre le stress oxydatif en éliminant les radicaux libres. Le silicium aurait donc un effet anti-oxydant. [38]

Ceci lui donne un effet protecteur supplémentaire vis-à-vis la santé mentale.

Diabète

Réduit les risques de diabète

Des études sur des animaux atteints de diabète ou à risquant de le développer ont prouvé que la prise de silicium permet de limiter le développement de la maladie.

Il permettrait de réduire la quantité de glucose dans le sang et stimuler la réactivité de l’insuline. [39] [40]

Division cellulaire

Régule la division cellulaire et combat les cellules cancéreuses

Une étude de 1988 démontra que le silicium sous sa forme organique (monométhylsilanetriol) a un rôle régulateur sur la division cellulaire. Il permettrait d’activer la division cellulaire normale et s’opposer à la division cellulaire pathologique.

Il permettrait également d’activer les lymphocytes qui ont un rôle extrêmement important dans le système immunitaire. [41]

Ces 2 actions font du silicium organique un candidat idéal dans le traitement du cancer. D’une part, car la stimulation des lymphocytes favorise la destruction des cellules cancéreuses. D’autre part, la régulation de la division cellulaire permet de limiter la reproduction des cellules cancéreuses.

Cependant cet effet bénéfique du silicium nécessite encore des recherches plus approfondies.

Système immunitaire

Stimule la réponse immunitaire

L’étude citée dans la section précédente avait démontré que la prise de silicium organique permet de stimuler les lymphocytes qui sont les acteurs principaux du système immunitaire. [41]

Quelques années plus tard, une autre étude démontra que le silicium interagit avec un élément important pour le système immunitaire, l’arginine. Cette interaction ayant un impact sur l’efficacité de la réponse immunitaire. Cette étude démontra également qu’un manque de silicium ne permet pas une bonne prolifération des lymphocytes en cas de problème immunitaire. Ceci supportant l’hypothèse qu’il joue un rôle dans l’immunité. [20]

Suite à cela, 2 autres études sur des animaux ont montré que la supplémentation de silicium peut stimuler la réponse immunitaire. [42] [43]

L’avis des autorités sanitaires européennes

Dans les années 1970, deux médicaments au silicium organique (monométhylsilanetriol) ont reçu une autorisation de mise sur le marché. C’était le Dulciphak® et le Conjonctyl®, l’un servait en ophtalmologie et l’autre pour traiter les mastoses.

Pour obtenir une telle autorisation, un médicament doit passer par une procédure très longue et pointilleuse. Et notamment être évalué par les autorités sanitaires. Cela veut dire que le silicium organique avait déjà été validé pour ses bienfaits sur la santé.

En 2009, les autorités sanitaires européennes (EFSA) ont décidé d’interdire son utilisation dans des produits alimentaires. Il n’y avait pas assez de preuve de la non toxicité de la molécule selon eux. Il pouvait alors être utilisé uniquement dans des produits pour utilisation externe. [44] Cet avis a été confirmé à nouveau en 2010 suite à une nouvelle analyse. [45]

Logo EFSA

Pourtant, en 2016, l’EFSA a levé cette interdiction et autorisa à nouveau l’utilisation du silicium organique dans les produits alimentaires. [46]

L’avis actuel sur les bienfaits du silicium

Malgré toutes les preuves scientifiques citées ci-dessus, l’EFSA n’a toujours pas validé les bienfaits du silicium. Ces preuves seraient insuffisantes et ne répondraient pas à leurs exigences pour considérer qu’il existe des liens de cause à effet. [47]

Aujourd’hui, il est donc interdit d’affirmer que le silicium permet d’améliorer la santé des os, de la peau, du cerveau, etc.

Face à cela, la recherche continue…

Comment l’EFSA évalue les bienfaits d’un produit ?

Pour donner son avis sur les bienfaits d’un produit, l’EFSA n’effectue jamais d’étude scientifique. Il faut qu’une personne ou un organisme leur introduise une demande de validation d’allégation de santé. Après s’ensuit un processus de validation long et pénible. Pour prendre sa décision, l’EFSA se base uniquement sur l’analyse des preuves scientifiques que les demandeurs lui transmettent.

Si le panel de scientifiques de l’EFSA n’est pas convaincu par les preuves qui lui sont données, il interdit la mention des effets bénéfiques qu’ils appellent « allégations de santé ». Dans ce cas, le demandeur doit se charger de trouver lui-même de nouvelles preuves scientifiques. Ou financer ses propres recherches.

La réalisation d’une étude scientifique est extrêmement coûteuse. Et même si l’étude est faite en suivant une méthodologie approuvée par l’EFSA, rien ne garantit qu’elle sera acceptée. Faire une demande de validation d’allégations de santé est donc risqué. Et accessible uniquement aux très grosses entreprises avec beaucoup de ressources financières.

Ce système de validation empêche beaucoup de nouveaux produits d’être accessibles aux consommateurs. Même si de nombreuses études scientifiques démontrent leurs bienfaits. Le silicium organique en est un bon exemple. Car même s’il n’est pas interdit à la vente, il est interdit d’affirmer ses bienfaits.

Conclusion

Depuis plus de 40 ans, les preuves des bienfaits du silicium s’accumulent. Il permettrait d’améliorer la santé des tissus conjonctifs et stimuler certaines fonctions de l’organisme. Consommer du silicium organique semble donc justifié.

Malgré ça, l’EFSA ne nous autorise toujours pas à affirmer ses bienfaits. Ce produit reste donc encore limité à un groupe restreint de consommateur qui ose faire confiance à des produits « alternatifs ».

Heureusement, depuis 2016 le silicium organique peut à nouveau être vendu sous forme de complément alimentaire. Nous espérons qu’à l’avenir, ce produit sera reconnu à sa juste valeur. Nous sommes convaincus de l’efficacité du silicium pour entretenir votre santé. C’est pourquoi tous nos produits de la gamme Si+ contiennent du silicium organique.

En résumé :

Selon la littérature scientifique, les bienfaits du silicium sont qu’il :

  • Améliore la santé des os
  • Entretient les articulations et accélère leur régénération
  • Améliore la santé et la qualité de la peau
  • Accélère la cicatrisation
  • Renforce les ongles
  • Améliore la qualité des cheveux et prévient leur perte
  • Améliore la santé cardiovasculaire
  • Préserve la santé mentale
  • Est un anti-oxydant
  • Réduit les risques de diabète
  • Régule la division cellulaire et combat les cellules cancéreuses
  • Stimule la réponse immunitaire

Actuellement, l’EFSA n’a pas encore validé ces bienfaits. Ils ne peuvent donc pas être affirmés légalement.

La recherche continue pour essayer de convaincre les autorités sanitaires de l’efficacité et l’utilité du silicium pour le corps humain.

Extraits végétaux 100% bio

Découvrez nos produits au silicium organique

  • Entretien en profondeur de votre corps
  • Soulagement immédiat de vos douleurs
  • Réparation et cicatrisation de votre peau

Sources

[1]       Jugdaohsingh, R. (2007). Silicon and bone health. J Nutr Health Aging, 11(2), pp. 99-110.

[2]       Carlisle, E. M. (1981). Silicon: a requirement in bone formation independent of vitamin D. Calcif. Tissue Int. 33, pp. 27-34.

[3]       Refitt, D.M., Ogston, N., Jugdaohsingh, R., Cheung, H.F., Evans, B.A., Thompson, R.P., et al. (2003).  Orthosilicic acid stimulates collagen type 1 synthesis and osteoblastic differentiation in humnan osteoblast-like cells in vitro. Bone, 32, pp. 127-135.

[4]       Ferreira, A.O. et al (2018). Anti-aging effects of monomethylsilanetriol and maltodextrin-stabilized orthosilicic acid on nails, skin and hair. Doi: 10.3390/cosmetics5030041

[5]       Loeper, J., Loeper, J & Fragny, M. (1978). The physiological role of the silicon and its anthiatheromatous action. Biochemistry of Silicon and Related Problems, 40, pp. 281-296.

[6]       Loeper, J., Loeper, J., Roznesztajn & Fragny, M. (1979). The antiatheromatous action of silicon. Atherosclerosis, 33(4), pp. 397-408.

[7]       Carlisle, E.M. (1976). In vivo requirement for silicon in articular cartilage and connective tissue formation in the chick. The Journal of Nutrition, 106 (4), pp. 478-484.

[8]       Carlisle, E.M. (1980). Biochemical and morphological changes associated with long bone abnormalities in silicon deficiency. The Journal of Nutrition, 110(5), pp. 1046-1056.

[9]       Carlisle, E.M. (1986). Silicon as an essential trace element in animal nutrition. In Evered, D. & O’Connor, M. (Eds), Silicon Biochemistry, Ciba Foundation Symposium 121 (pp. 123-139). Chichester, UK: John Wiley & Sons.

[10]    Schwarz. K. (1973). A bound form of silicon in glycosaminoglycans and polyuronides. Proc. Nat. Acad. Sci., 70(5), pp. 1608-1612.

[11]    Jugdaohsingh, R., Tucker, K.L., Qiao, N., Cupples, L.A., Kiel, D.P. & Powell, J.J. (2004). Dietary silicon intake is positively associated with bone mineral density in men and premenopausal women of the Framingham Offspring cohort. J. Bone. Miner. Res., 19(2) pp. 297-307.

[12]    Macdonald, H.M., Hardcastle, A.C., Jugdaohsingh, R., Fraser, W.D., Reid, D.M. & Powell, J.J. (2012). Dietary silicon interacts with oestrogen to influence bone heatlh: evidence frome the Aberdeen prospective osteoporosis screening study. Bone, 50(3), pp. 681-687.

[13]    Macdonald, H.M., Hardcastle, A.C., Jugdaohsingh, R., Reid, D.M. & Powell, J.J. (2005). Dietary silicon intake is associated with bone mineral density in premenopausal women and postmenopausal women taking HRT. Journal of Bone Mineral Research, 20:S393.

[14]    Carlisle, E.M. (1972). Silicon: an essential element for the chick. Science 178, pp. 619-621.

[15]    Schwarz, K. & Milne, D.B. (1972). Growth-promoting effects of silicon in rats. Nature (Lond), 239, pp. 333-334.

[16]    Carlisle, E.M. (1980). A silicon requirement for normal skull formation in chicks. J. Nutr., 10, pp. 352-359.

[17]    de Araujo, L. A., Campos, P. & Addor, F. (2016). Use of silicon for skin and hair care: an approach of chemical forms available and efficacy. Anais Brasileiros de Dermatologia.

[18]    Barel, A., Calomne, M., Timchenko, A., Paepe K.De., Demeester, N., Rogiers, V., Clarys, P. & Vanden Berghe D. (2005). Effect of oral intake of choline-stabilized orthosilicic acid on skin, nails and hair in women with photodamaged skin. Arch Dermatol Res, 297, pp. 147-153.

[19]    Seaborn, C.D. & Nielsen, F.H. (2002). Silicon deprivation decreases collagen formation in wounds and bone, and ornithine transaminase enzyme activity in liver. Biological Trace Element Research, 89, pp. 251-261.

[20]    Seaborn, C.D., Briske-Anderson, M., & Nielsen, F.H. (2002). An interaction between dietary silicon and arginine affects immune function indicated by con-A-induced DNA synthesis of rat splenic T-lymphocytes. Biol Trace Elem Res , 87(1-3), pp. 133-142.

[21]    Austin, J.H. (1978). Silicon levels in human tissues. In Brendz, G. & Lindqvist, I. (Eds), Biochemistry of silicon and related problems, Nobel Foundations Symposia, 40 (pp. 255-268). USA, Boston: Springer.

[22]    Wicket, R.R., Kossmann, E., Barel, A., Demeester, N., Clarys, P., Vandend Bergh, D. & al. (2007). Effect of oral intake of choline-stabilized orthosilicic acid on hair tensile strength and morphology in women with fine hair. Arch Dermatol Res,299, pp. 499-505.

[23]    Coradin, T. & Livage, J. (2001). Effect of some amino acids and peptides on silicic polymerization. Collids Surf B Biointerfaces, 21, pp. 329-336.

[24]    Martin, K.R. (2013). Silicon: the health benefits of a metalloid. In Sigel, A., Sigel, H. & Sigel, R.K.O. (Eds)., Interrelations between essential metal ions and Human Diseases, Metal Ions in Life Sciences, 13, pp. 451-474.

[25]    Loeper, J., Goy-Loeper, J. & al. (1979). The antiatheromatous action of silicon, Atherosclerosis, 33: 397-408.

[26]    Trinca, L., Popescu, O. & Palamaru, I. (1999). Serum lipid picture of rabbits fed on silicate-supplemented atherogenic diet. Rev Med Chir Soc Med Nat Iasi, 103(1-2), pp. 99-102.

[27]    Jurkic, L.M., Cepanec, I., Kraljevic Pavelic, S. & Pavelic, K. (2013). Biological and therapeutic effects of ortho-silicic acid and some ortho-silicic acid-releasing compounds: New perspectives for therapy. Nutre Metab, 10:2.

[28]    Nakashima, Y., Kuroiwa, A., & Nakamura, N. (1985). Silicon contents in normal, fatty streaks and atheroma of human aortic intima: its relationship with glycosaminoglycans. Br J Exp Pathol, 66(1), pp. 123-127.

[29]    Jugdaohsingh, R., Refitt, D.M., Oldham, C., Day, J.P., Fifield, L.K., Thompson R.P.H. & Powell, J.J. (2000). Oligomeric but not monomeric silica prevents aluminium absorption in humans. Am J Clin Nutr, 71, pp. 944-949.

[30]    Frisardi, V., Solfrizzi, V., Capurso, C., Kehoe, P.G., Imbimbo, B.P., Santamato, A., Dellegrazie, F., Seripa, D., Pilotto, A., Capurso, A. & Panza, F. (2010). Aluminium in the diet and Alzheimer’s disease: from current epidemiology to possible disease-modifying treatment. Journal of Alzheimer’s Disease, 20(1), pp. 17-30.

[31]    Carlisle, E.M. (1986). A silicon aluminium relationship in aged brain. Neurobiology of Aging, 7(6), pp. 545-546.

[32]    Edwardson, J.A., Moore, P.B., Ferrier, I.N., Lilley, J.S., Barker, J., Templar, J. & Day, J.P. (1993). Effect of silicon on gastrointestinal absorption of aluminium. The Lancet, 342(8865), pp. 211-212.

[33]    Rondeau, V., Jacqmin-Gadda, H., Commenges, D., Helmer, C. & Dartigues J.-F. (2009). Aluminum and silica in drinking water and the risk of Alzheimer’s disease or cognitive decline: findings from 15-year follow-up of the PAQUID cohort. American Journal of Epidemiology, 169(4), pp.489-496.

[34]    Gillette-Guyonnet, S., Andrieu, S., Nourhashemi, F. & al. (2005). Cognitive impairment and composition of drinking water in women: findings of the EPIDOS study. The Amer. J. of Clinical Nutrition, 81, p. 897-902.

[35]    Bellia, J.P., Birchall, J.D. & Roberts, N.B. (1996). The role of silicic acid in the renal excretion of aluminium. Ann Clin Lab Sci, 26(3), pp. 227-233.

[36]    Darenward, S., Bentham, P., Wright, J., Crome, P., Job, D., Polwart, A. & Exley, C. (2013). Silicon-rich mineral water as a non-invasive test of the ‘aluminum hypothesis’ in Alzheimer’s disease. J Alzheimer Dis, 33(2), pp. 423-430.

[37]    Gonzalez-Munoz, M.J., Meseguer, I., Sanchez-Reus, M.I., Schultz, A., Olivero, R., Benedi, J. & Sanchez-Muniz, F.J. (2007). Beer consumption reduces cerebral oxidation caused by aluminum toxicity by normalizing gene expression of tumor necrotic factor alpha and several antioxidant enzymes. Food and Chemical Toxicology, 46, pp. 1111-1118.

[38]    Garcimartin, A., Merino, J.J., Gonzalez, M.P. & al. (2014). Organic silicon protects human neuroblastoma SH-SY5Y cells against hydrogen peroxide effects. BMC Complementary and Alternative Medicine, 14:384.

[39]    Oschilewski, U., Kiesel U. & Kolb, H. (1985). Administration of silica prevents diabetes in BB-rats. Diabetes, 34(2), pp. 197-199.

[40]    Maehira, F., Ishimine, N., Miyagi, I., Eguchi, Y., Shimada, K., Kawaguchi, D. & Oshiro Y (2011). Anti-diabetic effects including diabetic nephropathy of anti-osteoporotic trace minerals on diabetic mice. Nutrition, 27(4), pp. 488-495.

[41]    Henrotte, J.G., Viza, D., Vic, J.M. & Gueyne, J. (1988). Le rôle régulateur du silicium dans la division cellulaire. C.R. Acad. Sci., Paris, 306 : 525-528.

[42]    Nielsen, F.H. (2008). A novel silicon complexe is as effective as sodium metasilicate in enhancing the collagen-induced inflammatory response of silicon-deprived rats. J Trace Elem Med Biol, 22, pp. 39-49.

[43]    Nielsen, F.H. (2010). Silicon deprivation does not significantly modify the acute white blood cell response but does modify tissue mineral distribution response to an endotoxin challenge. Biol Trace Elem Res, 135, pp. 45-55.

[44]    EFSA (European Food Safety Authority) (2009). Scientific opinion of the panel on food additives and nutrient sources added to food on monomethylsilanetriol added for nutritional purposes to food supplements. The EFSA Journal, 950, pp. 2-12.

[45]    EFSA Panel on Food Additives and Nutrient Sources added to Food (2010). Scientific Opinion in relation to the use of monomethylsilanetriol to be added for nutritional purposes to food supplements in the light of new data provided. EFSA Journal, 8(7):1657 (13 pp.).

[46]    EFSA Panel on Food Additives and Nutrient Sources added to Food (2016). Safety of organic silicon (monomethylsilanetriol, MMST) as a novel food ingredient for use as a source of silicon in food supplements and bioavailability of orthosilicic acid from the source. EFSA Journal, 14(4):4436.

[47]    EFSA Panel on Dietetic Products, Nutrition and Allergies (NDA). (2011). Scientific Opinion on the substantiation of health claims related to silicon and protection against aluminium accumulation in the brain (ID 290), “cardiovascular health” (ID 289), forming a protective coat on the mucous membrane of the stomach (ID 345), neutralisation of gastric acid (ID 345), contribution to normal formation of collagen and connective tissue (ID 287, 288, 333, 334, 335, 1405, 1652, 1718, 1719, 1945), maintenance of normal bone (ID 287, 335, 1652, 1718, 1945), maintenance of normal joints (ID 1405, 1652, 1945), maintenance of normal appearance and elasticity of the skin (ID 288, 333), and contribution to normal formation of hair and nails (ID 334, 1652, 1719) pursuant to Article 13(1) of Regulation (EC) No 1924/20061. EFSA Journal, 9(6):2259 (28 pp.).

https://www.efsa.europa.eu/fr/efsajournal/pub/2259

^